Revenir à L’Eglise Saint Paul

Lucie-Gabrielle… Lucienne-Marcelle… Solange

Bénédiction de "Solange"

Bénédiction de "Solange"

Elles sont trois, elles sont les cloches de Chailly et forment un carillon d’une grande pureté. Il n’en a pas toujours été ainsi, car il arrive parfois que les cloches meurent à force de s’époumoner pour annoncer à toute volée les offices religieux et les grands moments heureux et malheureux.

Voici leur histoire succincte.

Le clocher de l’église appelé à l’époque « la tour » fut construit en 1765 grâce à une bourse accordée par le roi Louis XV. En effet au début de l’an 1764 le curé Guignard et les habitants de Chailly adressèrent à Monsieur Laverdy, contrôleur général du roi, un placet afin qu’ils soient aidés pour le « rétablissement de l’église et la reconstruction de la tour » (l’ancienne ainsi qu’une partie de la nef ayant été détruites en 1763 par un incendie). Sur les recommandations du cardinal de Luynes, alors archevêque de Sens, le roi accorda sur le trésor royal une somme de 3 288 livres pour l’église et une somme de 9 000 livres pour la reconstruction de la tour.

Deux cloches furent installées et bénites en 1785 soit 20 ans après la reconstruction de la tour. Ces deux cloches furent ensuite remplacées par un gros bourdon, parce qu’elles s’étaient peut-être fêlées.

Cette cloche qui sonna l’Angélus de Millet avait été bénie le 29 mai 1823. S’étant à son tour fêlée, elle fut remplacée par deux cloches qui sont actuellement en place et baptisées :

– « Lucie-Gabrielle » pèse 491 kg et sonne le Sol dièse
– « Lucienne-Marcelle » pèse 336 kg et sonne le La dièse

et ont eu pour parrains et marraines de fidèles paroissiens de Chailly :

– Lucie Drulle et Gabriel Chambraud
– Lucienne Billard et Marcel Baurain

Elles furent fondues avec le métal du bourdon béni en 1823. Ce remplacement fut réalisé par l’Abbé Legros et elles ont été bénies par Monseigneur Ménager, le 4 septembre 1966, en présence de Monsieur Jacques Bertheau, maire de Chailly-en-Bière et de Monsieur Roger Leroux, maire de Barbizon.

La troisième cloche offerte par notre curé, le père Perrin, avec une participation communale, fut bénie le 19 septembre 1993 par monseigneur Cornet, évêque de Meaux en présence de Monsieur Claude Cottereau, Maire de Chailly-en-Bière, et de Madame Gisèle Avelange, maire de Barbizon. Elle s’appelle « Solange » en souvenir d’une jeune sœur défunte de notre curé.

Elle pèse 230 kg, sonne le Do dièse et a pour parrain et marraine Pierre Dubois, Michèle Migonney et Andrée Magne.

Elles furent toutes trois fondues par monseigneur Dominique Bollée, maître Saintier. Les Bollée sont originaires de Breuvannes en Haute-Marne, berceau des fondeurs de cloches. Fondeurs ambulants depuis 1715, ils s’installèrent en 1838 près d’Orléans, à Saint Jean de Braye.

Claude Cottereau
B.M. n° 62 – Janvier 2004