↑ Revenir à Forêt de Bière…

Au point de vue du Camp de Chailly

PROMENADE HISTORIQUE ET TOURISTIQUE :

« AU POINT DE VUE DU CAMP DE CHAILLY »

Les beaux jours reviennent, le temps des promenades reprend ses droits, aussi je vous propose une sortie toute proche qui vous fera plaisir :

« Le point de vue du camp de Chailly »

Partant du cœur du village, vous descendez la Rue Chamaillard dont l’appellation est déjà connue en 1664 lors du « recensement des feux » dans la paroisse. Effectué par Monsieur Barillon sous Louis XIV, il permet de dénombrer 130 familles : 104 pour Chailly et 26 pour Barbizon. Ce fut en même temps pour ces familles, l’occasion de recevoir l’autorisation de ramasser le bois mort en forêt.

Selon les textes de cette époque, un énorme chêne occupait la Place Chamaillard bien avant les trois marronniers que nous y connaissons maintenant. Dès l’entrée de la rue du four à chaux, vous prenez à votre gauche la voirie des Thibault. C’est un chemin très ancien. Son appellation remonterait aux XI et XIIèmes siècle quand de Grands Princes gouvernaient la région : Thibaud III – Comte de Bois et de Champagne – Thibaud IV le Grand et Thibaud IV le Chansonnier – Comte de Champagne et de Brie, qui fut roi de Navarre de 1234 à 1253.

A travers les champs, la voirie des Thibault vous emmène sur 1 km environ, et en droite ligne, à l’orée de la forêt. Vous l’abordez après avoir traversé le Chemin des Saints Pères qui doit son nom aux moines de Barbizon qui, dès le XIème siècle, l’empruntaient pour rejoindre Melun. Le chemin est alors moins carrossable. Il se resserre et devient sinueux en sous-bois pour franchir la « Porte de Chailly ». Il n’en reste que deux piliers, vestiges du mur de clôture de la forêt construite sous François 1er, qui là, marque encore les limites des communes de Fontainebleau et Chailly.

Le chemin traverse ensuite une propriété privée appartenant à la Famille Pajeot : une grande résidence appelée la Maison du Mée qui fut au XIIème siècle une ferme importante de Chailly (il est interdit de pénétrer dans ce bois).

Après son croisement avec le chemin forestier « de Barbizon à Samois », il devient chemin de grande randonnée « GR1 ». Il grimpe alors jusqu’au « Point de vue du Camp » à 129,5 m d’altitude, but de la promenade. Là vous découvrez une vue splendide sur Chailly et la plaine de Bière. Par temps clair, on y aperçoit même les immeubles de l’Almont à Melun !

Ce promontoire a été aménagé par l’ONF avec tables et bancs en pierre pour le pique-nique. Pendant la guerre de 1870 les stratèges militaires y installèrent un « poste d’observation » pour surveiller l’éventuelle arrivée, à cheval bien sûr, des envahisseurs allemands. Un camp de Hussards implanté en contrebas au Bas-Bréau était chargé de défendre ce territoire. En fait, ils furent principalement employés à construire des barrages sur la Nationale 7 à l’aide d’arbres abattus en forêt.

Si vous désirez allonger un peu la promenade, empruntez pour redescendre la route du Solitaire, plutôt que de rentrer par la même chemin.

Cette promenade ne représente qu’environ quatre kilomètres, mais vous pouvez la raccourcir en effectuant une partie du trajet en voiture en stationnant votre véhicule près des vestiges de la « Porte de Chailly ».

Bonne promenade.

J.P.L.

B.M. n° 44 – juin 1997