↑ Revenir à Histoire locale

La route nationale 7

La route nationale 7

La route nationale 7

Naguère, peu de routes traversaient Chailly, seuls des chemins d’utilités agricole ou forestière sillonnaient la forêt de Bière (route des Bécassières, route d’Orgenoy, route des Ventes du Lys, chemin du Bas Bréau).

La voirie la plus ancienne du village relie celui-ci à Melun, sur le tracé d’une ancienne voie romaine dernièrement découverte. Celle-ci prend sa naissance à la Croix Saint Jacques et se dirige vers Arbonne en direction d’Orléans.

L’artère principale, aujourd’hui Nationale 7, qui croise ce chemin pour se diriger vers Fontainebleau, ne fut jusqu’au 16ème siècle qu’un itinéraire postal créé par Louis XI pour les besoins de sa trésorerie. Louis XIV crée la grande voie pour faciliter ses voyages à Fontainebleau. L’ancien parcours passait par la route de Bourgogne, via la Glandée. Comme le dit Massingi, un chroniqueur de l’époque : « Ce splendide monarque fin l’an 1713 commencer une route très magnifique tirée depuis proche de village de Pringy à 4 lieux parisiennes du Château de Fontainebleau passant par Chailly. Cette route a 12 toises de large (24 mètres) y compris les fossés et les arbres qui la bordent. Il y a trois ponts de pierre qui la traversent pour servir à l’écoulement des eaux. Après Chailly, elle recourbe pour monter une montagne et de là en droite ligne, arrive à Fontainebleau. Elle est pavée au milieu de toute sa longueur. C’est peut-être la plus belle route qui soit en France. »

Pour devenir ce qui nous connaissons aujourd’hui, elle a eu besoin de beaucoup d’amélioration :

– En 1755 on travaille à la butte de Chailly,
– En 1758 on adoucit la pente du Mont Pierreux,
– En 1769 on tourne la butte de Ponthierry,
– En 1780 on lui donne une largeur égale à 28 mètres, depuis le Bas Bréau jusqu’à Fontainebleau,
– En 1840 on arrache sur la commune 137 ormes (appelés Sully) datant de l’origine de la route. Ceux-ci seront remplacés par des platanes ou des peupliers.

Et pour lui donner son aspect qui nous lui connaissons, elle sera bitumée en 1955 dans la traversée de Chailly.

Après s’être appelée : Grand Chemin de Paris à Fontainebleau, elle deviendra Route Impériale n° 7 par décret du 16 décembre 1811 et Nationale 7 par la suite. Ce nouvel itinéraire verra passer la Cour, l’Empereur Napoléon 1er au retour de l’Ile d’Elbe, ainsi que d’importants personnages.

Il contribuera aux échanges commerciaux, au développement des petits artisans, ainsi qu’à la création d’Hôtels et d’Auberges. De ce fait, la population du village doublera entre le 15ème et le 16ème siècle.

Route du Soleil, créée par le roi du même nom, elle prendra des aspects poétiques dans la chanson de Charles TRENET et deviendra « route des vacances… ».

On est heureux Nationale 7.

J.P.L.
B.M. n° 24 – Mai 1990

garage-chaussat RN7

garage-chaussat RN7