↑ Revenir à L’Eglise Saint Paul

Les égreneuses du temps

Eglise

Eglise

Depuis sa création, l’église de Chailly-en-Bière posséda de nombreuses cloches, brisées bien souvent durant les invasions. J’en dénombre SEPT jusqu’à nos jours. Voici le texte du reçu du fondeur pour une cloche livrée à Chailly-en-Bière : « le 6 juin 1588, Claude Carmer, fondeur de cloche à Pont-sur-Yonne, reconnais avoir reçu de Clément Bouchore, marguillier en l’église Saint-Paul de Chailly-en-Bière, la somme de 30 écus d’or soleil pour le prix d’une cloche fabriquée et fournie à l’église de Chailly. Devant Maître David, notaire à Melun*.

Notre favorite : la cloche de l’Angélus, une splendide œuvre d’art, fut bénite le 29 mai 1823. Le parrain : Messire Charles Dubois Delaunay, chevalier de l’ordre royal de Saint-Louis, maire de la commune ; la marraine : Demoiselle Charlotte de Champeron.

L’Angélus refléta tout le caractère des gens de cette époque, elles inspira une romance à Marius Riccard, plutôt une oraison « la prière du soir » dont voici quelques vers :

Tinte cloche pieuse
Ta voix religieuse
Remplit l’âme rêveuse
D’un doux et saint espoir
Et quand ta voix expire
La brise qui soupire
Au ciel s’en va redire
la prière du soir

L’écho de la vallée
La branche parfumée
Qui se berce embaumée
Ainsi qu’un encensoir
L’oiseau dans le feuillage
Le ruisseau dans l’herbage
Tout dit dans son langage
La prière du soir

Et triste sur la terre
J’écoute solitaire
Cette douce prière
Rêvant à mon devoir
Prie aussi toi mon âme
Que la foi qui t’enflamme
Redise en mots de flamme
La prière du soir

Défunte, la cloche de l’Angélus, fêlée à force de carillonner, servit en partie à la refonte de deux autres de 500 et 340 kilos, créant carillon par leurs octaves.

Les anciens se souviennent : le 4 septembre 1966, elles furent bénites par son excellence Monseigneur Jacques Ménager, évêque de Meaux, en présence de Monsieur l’abbé Maurice Legros, curé doyen et de Monsieur Jacques Bertheau – Maire de Chailly.

Les parrains et marraines :

Monsieur Marcel Baurain et Madame Lucienne Billard, pour la première,
Monsieur Gabriel Chambraud et Madame Lucie Drulle, pour la seconde, ancienne conseillère municipale et habitant toujours le village.

« Héritières d’une tradition, elles rythment les heures importantes de notre vie, chaque matin et chaque soir l’ANGELUS ».

J.P.L.
B.M. n° 22 – Septembre 1989